L'Edito

Mouvement des Aînés de Neuchâtel

Devenez les acteurs de votre retraite

 

Bonjour à Tous,

 

Si nous profitions de la période estivale pour (re)découvrir les trésors que recèle notre ville ?

 

Le Musée d’ethnographie vient de subir une mue profonde, et présente, dans la Villa de Pury entièrement rénovée, une exposition au titre évocateur : « l’impermanence des choses », véritable appel à la méditation !

 

Nous nous arrêtons ensuite au Muséum d’histoire naturelle, avec ses nouveaux espaces d'accueil, à la fois rafraîchis et modernisés.

 

Découvrez le Café de la Baleine sous le squelette d’une baleine, toutes sortes d’animaux d’Europe naturalisés, les rats des moissons qui s’approprient désormais leur nouveau terrarium, sans oublier de visiter le Cabinet des curieux qui n’attend que votre visite.

 

Au Musée d’art et d’histoire, les automates Jaquet-Droz ne cessent d’effectuer leur ronde et cette attraction est toujours autant appréciée.

Le Jardin Botanique fête ses vingt ans. Plusieurs expositions et animations marquent l’événement. Une promenade au Jardin anglais nous fait découvrir, d’abord surpris, interloqués, puis charmés et amusés, l’association faite par les artistes du Service des parcs et promenades de la Ville entre la nature, les déchets et leur récupération.

 

Puis profitons d’aller nous ressourcer au sein même du Jardin botanique, où les collections botaniques et les différents biotopes permettent à chacun de se familiariser avec la botanique et la connaissance de l’environnement. La Villa du Jardin botanique (1901) fournit la documentation relative aux expositions et aux publications. Les visiteurs et visiteuses peuvent aussi découvrir la serre aux

épices, récemment réaménagée, pour en savoir un peu plus sur ces condiments qui enrichissent la saveur de nos aliments. Rappelons que le Jardin de l'évolution présente trois thèmes : la nouvelle

classification des plantes, l'histoire des végétaux et la coévolution et les liens indéfectibles qui unissent tous les êtres vivants, y compris l'homme.

 

En passant « la frontière » pour nous rendre jusqu’à Hauterive, nous sommes accueillis au Laténium, qui vient d’éditer un guide, "Le Laténium en langue facile", dans le but d'accompagner les visiteurs en situation de handicap intellectuel dans la découverte du Musée. L'ouvrage est rédigé en langage dit "facile", une forme d'expression faite de mots simples, de phrases courtes, tournées à la forme active, mais un langage précis qui ne raccourcit pas le contenu et n'omet pas les informations principales. Le guide ne s’adresse pas

uniquement aux personnes atteintes d’un handicap cognitif, mais également à celles qui éprouvent des difficultés à lire, comme des personnes âgées ou issues de l’immigration, ainsi qu’aux enfants.

Sur place, à découvrir absolument : L’« Ours », qui nous plonge dans les premières représentations de cet animal apparaissent durant la Préhistoire, il y a 40’000 ans. On lui réserve alors un traitement particulier.

Dans les grottes, qu’il soit gravé ou peint, il est souvent représenté isolé, dissimulé dans des recoins difficiles d’accès. Sa mise en scène est subtile, et le traitement de sa figure particulièrement minutieux.

 

Ils étaient muets depuis trop longtemps, frimas hivernaux obligent. Et, ce matin, pour la première fois, leurs chants m’ont invitée à ouvrir les yeux. Les oiseaux ! Synonymes de renouveau, de l’espérance du retour des beaux jours ! Un réveil plein de gazouillis joyeux. Saphira, ma petite chatte, commence à se mettre en position de guet, mais heureusement, elle se contente d’observer. Depuis bientôt quatre ans que nous cohabitons elle et moi, elle ne m’a jamais rapporté de trophée-cadeau, ni oiseau, ni souris. Juste une fois un bébé lézard, et comme il était vivant et évidemment terrorisé, j’ai pu le prendre délicatement et le remettre dans son milieu naturel !

 

Galets et blocs de pierre gravés ou sculptés, statuettes et plaquettes d’os ou d’ivoire finement ouvragées, peintures pariétales ou encore modelage dans l’argile, ces représentations donnent à voir les détails de son pelage, de ses yeux et de ses oreilles, tandis que son anatomie est très typée, pour ne pas dire stéréotypée.

 

Pour plagier Julien Perrot, fondateur et directeur de La Salamandre, féru de nature, qui publie chaque semaine une courte vidéo intitulée « la Minute nature » dont il a d’ailleurs tiré un livre, je dirais que tout cela « se passe tout près de chez vous ». Ne nous gênons pas pour en profiter !

 

Je vous souhaite un bel été rempli de découvertes !

Micheline Martin, présidente

 

 

La présidente, Micheline Martin

MDA Neuchâtel - 032 721 44 44